LE BLOG

Près de 40 après sa mort, J.R.R Tolkien occupe toujours autant l'actualité. En marge de l'effervescence qui règne autour de la sortie prochaine du film Le Hobbit, l'éditeur britannique HarperCollins vient d'annoncer la publication prochain d'un inédit de l'auteur : The Fall of Arthur.

Un récit qui précède l'écriture de Bilbo le Hobbit

Casque renversé

Antérieure à l'écriture de Bilbo le Hobbit, cette pièce en vers de 200 pages relate la dernière campagne du légendaire Roi Arthur. Depuis les profondeurs de la forêt de Mirkwood, apprenant la traitrise de son fils Mordred, il revient alors en hâte vers les terres de Bretagne. Déjà abattu par l'infidélité de Guenièvre avec Lancelot, le roi vieillissant doit néanmoins inspirer une dernière fois ces chevaliers pour la bataille qui les attend contre les rebelles et Mordred et leurs alliés étrangers. Rédigé dans les années 30, ce premier manuscrit est resté en sommeil pendant près de 80 ans avant de finalement trouver un éditeur.

Une renaissance par un ainé

C'est aujourd'hui son fils, Christopher, qui prend l'initiative de cette publication, et la complète de trois essais de sa plume, destinés respectivement à élargir la vision des lecteurs sur la littérature arthurienne, à expliquer en profondeur les vers de son père, et à nous faire découvrir comment cette première pièce d'écriture à finalement mené Tolkien à la rédaction de son œuvre majeure : les Seigneur des Anneaux. Car les observateurs d'entre vous auront bien noté de nom de Mirkwood dans le paragraphe précédent. Connu en français sous le nom de Forêt Noire, ce bois du Rhovanion est en effet présent sur les cartes de la Terre du Milieu.

C'est loin d'être la première fois que Christopher exhume des œuvres de son défunt père pour en effectuer une publication posthume. A sa mort en 1973, le Silmarillon était d'ailleurs inachevé. Quatre ans de travail supplémentaires lui seront nécessaires pour en terminer le récit. En 2009, la publication de La Légende de Sigurd et Gudrún sera son dernier essai de publication d'un œuvre de son père qui n'appartienne pas à l'univers de la Terre du Milieu. Des ouvrages qui n'ont pas forcément recueilli un accueil critique des plus favorables. Car Tolkien, souvent, sort alors de la vision d'écrivain de fantasy que l'on a de lui pour revêtir le ton doctoral du professeur d'université qu'il était.

Passionné de légendes arthuriennes, d'histoire des contes et légendes ou simple curieux, il y a pourtant maintes raison de vouloir découvrir cette facette moins connue de l'écrivain.


Continuez votre lecture avec : Project 1794